Aller au contenu

Appel à projets — Résidence d’artistes « Point de vue-Point d’écoute »

appel à projets

Dans le cadre de la résidence annuelle organisée par l’Atelier de Production du GSARA, nous invitons

un/e artiste sonore travaillant le son de manière artisanale
et
un/e artiste visuel/le travaillant le film analogique (super8, 16mm)

à collaborer ensemble sur la thématique de l’ART BRUT, avec l’œuvre d’Ariane Bergrichter comme point de départ.

 

Les œuvres de l’ART BRUT se définissent (d’après Jean Dubuffet dans le « Fascicules de l’art brut » n°1, 1964), comme « ayant pour auteurs des personnes étrangères aux milieux intellectuels, le plus souvent indemne de toute éducation artistique, et chez qui l’invention s’exerce, de ce fait, sans qu’aucune incidence ne vienne altérer leur spontanéité. »

 

GSARA
Créé en 1991 et reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Atelier de Production du GSARA a pour vocation de soutenir la production et la promotion d’un cinéma documentaire de création qui sensibilise aux réalités du monde contemporain, qu’elles soient politiques, sociales ou culturelles, et dont l’originalité, l’expérimentation et l’authenticité traduisent la rencontre singulière entre le réel et le regard d’un cinéaste. Dans cette démarche, il veille à accueillir et à aider surtout les premières œuvres de nouveaux auteurs, tout en continuant d’apporter son soutien aux projets de cinéastes confirmés.

 

Point de départ
Les artistes sélectionnés pour la Résidence « Point de vue – Point d’écoute » seront amenés à produire une œuvre audiovisuelle à partir de l’œuvre d’Ariane Bergrichter, une artiste présente dans la collection du Musée Art et Marges. Cette collection s’est constituée dès le milieu des années 1980 auprès d’artistes autodidactes, d’ateliers artistiques pour personnes porteuses d’un handicap mental ou en milieu psychiatrique. Elle se compose aujourd’hui de plus de 4000 œuvres internationales produites en dehors des sentiers fréquentés de l’art.
Une exposition de l’œuvre d’Ariane Bergrichter est prévue pour l’année 2023 au Musée Art et Marges.

 

Ariane Bergrichter
Entre 1988 et 1996, oscillant entre des phases de clairvoyance et d’angoisse, Ariane Bergrichter (1937–1996) se met à transcrire scrupuleusement des voix qu’elle entend dans sa tête et qui la harcèlent jusqu’à sa mort. Dans la même période, elle parcourt le centre-ville de Bruxelles pour croquer sur le vif des scènes de café, des individus au profil remarquable, des travailleurs du secteur tertiaire, construisant ainsi une chronique brute et sans fioritures de la vie quotidienne. Après sa mort, ses enfants ont trouvé plus de cinquante collages fourrés dans une grande valise brune. Ainsi rassemblées, ces œuvres forgent une mémoire cacophonique à travers le temps, composée d’innombrables histoires individuelles et disparates, unifiées par l’œil et la main de l’artiste.

(Plus d’infos sur l’artiste dans le dossier ci-joint, voir en bas de page.)

 

Objectif
La collaboration entre les deux artistes aboutira à une œuvre audiovisuelle commune d’une durée de 10 à 15 minutes. Cette œuvre sera présentée en automne 2022 au Cinéma NOVA dans le cadre d’une programmation ayant pour thématique l’Art Brut ainsi que lors de l’exposition prévue en 2023 de l’œuvre d’Ariane Bergrichter au Musée d’Art et Marges.

 

Travail du son et de l’image
Par le biais de cette résidence, le GSARA souhaite encourager une écriture audiovisuelle innovante qui accorde au sonore une part de créativité et d’importance égale à celle du visuel. En effet, lors de la réalisation de films, trop souvent l’image domine le son, le son accompagne l’image, l’illustre. En invitant à travailler de manière parallèle et autonome le son et l’image, un lieu de rencontre sera créé qui permettra de faire émerger la force poétique de l’asynchrone.
Au cours du processus de travail, les deux artistes devront se mettre d’accord sur les points de rencontre entre leurs médiums respectifs. Ils échangeront régulièrement sur l’avancement du projet et confronteront leur points de vue/d’écoute de manière constructive.

 

Esthétique
Au niveau du son, nous privilégions une approche artisanale par opposition à l’hyper technicisation contemporaine sonore.
En invitant un/e artiste travaillant l’image en celluloïd, nous voulons valoriser cette pratique artisanale visuelle, aussi ancienne qu’avant-gardiste. L’image analogique permet de créer des images dont la teneur esthétique est souvent particulièrement intéressante : grâce au grain de la pellicule, elle produit des images hors des sentiers battus qui s’apparentent davantage à la peinture qu’aux images lisses des reportages télévisuels. Le rendu des couleurs si particulières de la pellicule contribue également à la création d’images tour à tour brutes, oniriques et visuellement stimulantes.
Malgré la liberté artistique dont jouiront les deux artistes, il ne faudra pas perdre de vue le cadre de travail et le sujet donné (l’œuvre d’Ariane Bergrichter). Le lien avec le réel devra ressortir clairement.

 

Soutien financier
Les artistes bénéficieront chacun d’une rémunération artistique de 1000 €.
Pour l’achat de matériel artistique spécifique (pellicule, déplacements, frais de documentations …), une somme de maximum 500 € est prévue.
Les deux artistes travailleront de manière autonome et devront être équipés techniquement (microphone, ordinateur, logiciel de montage) pour mener à bien leurs recherches sonores et visuelles.
En plus du budget susmentionné, le GSARA prendra en charge le mixage son dans ses studios (3 jours maximum) ainsi que la numérisation des images analogiques (rushes de 20 minutes maximum, numérisation effectuée par PELISKAN).

 

Calendrier

  • 26 avril à minuit : Date limite de la remise des candidatures (uniquement par mail).
  • 10 mai : Début de la résidence pour les deux artistes, qui démarrera par deux sessions collectives de travail.
    S’en suivra une seconde phase de travail individuel entrecoupée de rencontres ponctuelles entre les deux artistes.
  • 1 septembre : Ultime phase de post-production pendant laquelle le son et l’image se rencontreront sur un terrain commun.
    Chacune des phases est accompagnée par la responsable de l’Atelier de Production du GSARA.
  • Automne 2022 : Première au Cinéma NOVA.
  • Été 2023 : Projection au Musée Art et Marges

 

Modalités de candidatures
L’appel à projets pour la Résidence « Point de vue – Point d’écoute » s’adresse aux artistes belges et aux artistes internationaux résidant en Belgique. La langue de travail sera le français.
Chaque dossier comprendra les coordonnées de l’artiste, un CV, une lettre de motivation d’une page maximum, un budget prévisionnel et de la documentation éclairant la démarche artistique (portfolio, visuels, audio, liens vimeo, textes…).

 

Partenaires de la Résidence
Musée Art et Marges, Cinéma NOVA, PELISKAN.
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Infos et renseignements
Pour toute question ainsi que pour la remise des candidatures, veuillez contacter Stefanie Bodien, responsable de l’Atelier de Production du GSARA, à l’adresse suivante :
stefanie.bodien@gsara.be

Téléchargez le dossier ici.

 

Image : « Usine de fous », Ariane Bergrichter